A-proche-toi Jura

A3 Jura

Case postale 133
2854 Bassecourt

info@a3jura.ch

Autre site de l'Association A3 Jura :

A Proche Toi Jura

Faq’s

Vous avez une question ?  Utilisez le formulaire en cliquant ici
Nous allons vous répondre dans les dix jours 

Question

Si certains ont établi un lien entre criminalité et schizophrénie, sur quoi se basent- ils?
Quelles en sont les implications juridiques?

Réponse

On ne peut pas nier, qu'il y a eu de la violence et parfois des meurtres commis par des personnes souffrant de schizophrénie dans la phase délirante de la maladie. En effet, les voix entendues, très envahissantes pour le malade, peuvent demander des actions de punitions envers des personnes ou leurs biens dans le but de "punir ou protéger la société (ou la personne) d'un être que les voix qualifient de maléfiques et punissables".

Par contre, il s'agit d'un pourcentage beaucoup plus infime que dans la population soi-disant normale. Mais plus souvent, ces hallucinations auditives harcèlent la personne contre elle-même et provoquent ainsi plutôt des suicides: chez les schizophrènes le taux de tentatives de suicide est de 20% à 40% et les suicides réussis de 10% à 13%!

Par contre, il n'y a pas de liens avec la criminalité "sans scrupules": dans ces cas, s'il y a une composante "psychiatrique" chez certains criminels, celle-ci est plutôt de l'ordre des troubles de la personnalité et n'a rien à voir avec la schizophrénie. Malheureusement, les médias, des livres policiers et des films ont véhiculé longtemps l'image schizophrénie = criminalité!

Sur le plan juridique, la personne malade (ou son avocat) doit prouver que lors de l'acte, elle n'était pas en possession de ses facultés de discernement et de jugement; ce qui ne semble pas être facile, si on tient compte de différents jugements des tribunaux (voir sous news générales :" la justice ne semble pas connaître la schizophrénie (31.3.04)" et "la jurisprudence suisse concernant les personnes avec une maladie psychique (21.4.04)"

 

Question

Mon fils refuse de reprendre son traitement, ça fait 4 mois, son état se dégrade de plus en plus. Notre médecin de famille a cessé ses activités en juin et nous sommes confrontés à un problème, car le psychiatre ne nous établit pas de certificat médical permettant une hospitalisation, lors de crises. Son refus personnel de soin est prioritaire sur sa santé, nous ne savons plus quoi faire ? Merci d'avance, si vous connaissez une solution.

Réponse

Lors d'une situation de dégradation continue et progressive, comme décrite dans la question, pour une hospitalisation (valable pour la Suisse), il faut tenir compte de différents facteurs et notamment, si le malade accepte ou non une hospitalisation volontaire.

1. Le malade accepte une hospitalisation:

  • Dans ce cas, il faudrait voir quelle est la motivation du psychiatre pour refuser une hospitalisation volontaire (évaluation différente de la situation par le psychiatre, qui juge l'état de votre fils moins alarmant que la famille? Manque de renseignements sur l'état de santé de votre fils?, autres?). Est-il possible de discuter avec le psychiatre (même en présence de votre fils) et pousser à une hospitalisation volontaire?
  • Chercher un autre médecin traitant, qui pourrait demander l'hospitalisation après avoir contacté le psychiatre

2. Le malade ne voit pas la nécessité d'une hospitalisation et la refuse.

  • Il reste dans ce cas la possibilité d'une hospitalisation contre sa volonté (donc forcée)à des fins d'assistance.

Dans ce cas et spécialement dans une situation de crise: agressivité avec violence, refus prolongé de se nourrir, un médecin attitré de la région (médecin de garde) pourrait demander une hospitalisation contre la volonté de votre fils à fin d'assistance et c'est ensuite à l'institution et au service juridique du canton de décider de la validité de telles mesures de contraintes.

Le médecin, qui doit avoir le permis de pratiquer dans le même canton, prendra plus facilement une décision, s'il y a violence physique, danger aigu pour la personne elle-même ou l'entourage, si la personne est complètement dans un délire. De telles interventions (même si nécessaires) sont souvent très traumatisantes pour le malade et son entourage et demande souvent l'intervention de la police.

Par contre, si le médecin appelé d'urgence se trouve devant une personne, bien sûr affectée, mais pas dans un état de crise, il ne va probablement pas demander une hospitalisation forcée, mais il va essayer de proposer une hospitalisation volontaire et le ré adresser à son psychiatre.
Je pense, que dans tous les cas , il faut recontacter le psychiatre le plus rapidement possible.

 

Question

Est-ce qu'une personne souffrant de schizophrénie peut travailler normalement dès qu'elle se sent mieux ?

Réponse

Lorsque la personne sort d'une " crise " de psychose et commence à réagir de façon favorable au traitement médicamenteux (soit à la maison, soit en milieu hospitalier), elle reste encore très fragile avec peu de ressources, beaucoup de difficultés à se concentrer, une fatigue énorme, des troubles du sommeil, un manque de moyens pour contrer le stress, une irritabilité augmentée et le danger d' " éclats " subits.

Dans ces conditions une reprise de son activité professionnelle à 100% ou même à un degré inférieur n'est pas possible et expose la personne à une rechute précoce !

Il ne faut pas oublier : la capacité de réagir au moindre stress imposé par les contraintes et la discipline demandée à la place de travail, est minime et le danger d'une nouvelle crise très probable !

Donc, la reprise du travail reste un problème secondaire et à prendre en considération avec beaucoup de prudence : il ne faut pas forcer ou sur-stimuler les personnes malades ; la reprise doit être faite doucement en plusieurs étapes selon ses capacités temporaires à réagir au stress et on doit être prêt à arrêter tout de suite en cas d'aggravation de son état.

 

Question

La schizophrénie correspond-elle à un dédoublement de la personnalité ?

Réponse

Non. La schizophrénie n'a rien à voir avec le problème de la double personnalité.

Il s'agit d'une maladie par laquelle la personne perd le contact normal avec ses semblables et le monde réel suite à un mauvais fonctionnement cérébral.

Cette maladie est caractérisée par la présence de délires et hallucinations, par des troubles de la pensée et de la perception du monde externe.

 

Question

Les patients souffrant de schizophrénie sont-ils dangereux ?

Réponse

La plupart des personnes souffrant de schizophrénie ne sont pas du tout violentes.

La majorité a plutôt tendance à se replier sur soi.

Souvent la violence est dirigée contre soi-même et les tentatives de suicides sérieuses sont beaucoup plus fréquentes que dans la population sans maladie psychiatrique.

Parfois, il est vrai, que dans le délire ils peuvent être dangereux spécialement si les "voix" leur "commandent" d'effectuer des actes de violence contre les proches ou autres personnes, mais la criminalité quotidienne est due presque en totalité à des personnes dites normales.

 

Question

Est-ce que la personne souffrant de schizophrénie peut interrompre sa médication dès qu'il se sent mieux ?

Réponse

Non. Même si la personne se sent mieux.

Le fait que les symptômes aient disparu, ou soient réduits ne signifie pas que la personne est guérie.

Une interruption du traitement médicamenteux mène très souvent à la rechute (selon une étude, sept personnes sur dix rechutent dans les deux ans après arrêt du traitement