A-proche-toi Jura

16 novembre 2017: "Vivement la paie" Gestion du budget et démarches administratives

16 novembre 2017 à LARC, Delémont

. Zoom sur « . » (touche ESC pour fermer)

 

 

 

La 7ème édition du Triangle a rassemblé 30 personnes réparties en 3 groupes qui ont abordé les questions d’argent et de gestion administrative. Un grand MERCI à  LARC pour son chaleureux accueil qui contribue grandement à mettre tout le monde à l’aise.

Voici, sur la base des notes prises par les rapporteurs, quelques souvenirs des échanges ressortant des différentes discussions. Il est impossible d’en relayer l’intégralité, on espère toutefois être restée fidèle à l’esprit des propos exprimés.

 

 

 

 

Groupe vert

  •  La maladie psychique fragilise la situation financière de la personne et accroît ses difficultés. Tout fait envie, l’argent virtuel, qu’on ne touche plus, permet de dépenser beaucoup sans s’en rendre compte, incite à des dépenses non contrôlées (ventes par internet, … ).
  •   Sentiment de honte d’être sous curatelle, difficultés d’accepter l’aide ou de demander de l’aide. On peut chercher de l’aide que ce soit auprès d’organismes comme Caritas, des éducateurs, des proches, de l’institution dans laquelle on vit.
  •  C’est fatigant, usant, désespérant de devoir toujours lutter pour arriver à tourner et à payer toutes les factures qui arrivent quand on a un revenu minimum. Situation stressante qui aggrave encore l’état de santé.
  • Les pupilles ont besoin de transparence de la part de leur curateur : important d’être au clair sur l’état de ses finances, d’avoir des relevés bancaires.
  • Souvent des personnes dans le besoin donnent à ceux qui ont encore moins qu’eux, solidarité dans la précarité.
  • Il est important d’oser exprimer son mécontentement vis à vis du curateur.
  •  Reconnaître ses difficultés, trouver des stratégies pour contrer ses achats compulsifs. Comprendre son fonctionnement.

Groupe orange

  • Avantage financier des rentes AI complètes en Suisse (en comparaison d’autres pays). Par contre, les situations des personnes recevant l’aide sociale sont souvent très difficiles, compliquées.
  • Les bénéficiaires de rentes souffrent de voir leur fortune personnelle fondre quasi complètement  pour payer leurs factures avant d’avoir le droit de toucher les prestations complémentaires.
  • Davantage de dépenses d’années en année (cigarettes, etc..). Le manque d’argent est angoissant : comment se payer ses cigarettes quand on n’a plus un kopeck ?
  • Les curateurs font de leur mieux, difficile aussi pour eux, complexité des démarches. Lorsque les personnes ne sont pas encore au bénéfice d’une rente, surgissent de graves difficultés financières, les curateurs doivent trouver des solutions.
  • Difficultés lors de la prise en charge, tant pour le curateur que le pupille. Quand la maladie survient , que l’on doit renoncer à son travail et qu’on perd son autonomie avec la mise en place d’une curatelle, la situation est très humiliante. Au fil du temps, acceptation et soulagement de n’avoir plus à gérer les paperasses, cela enlève du stress.
  • La curatelle vise à apporter une protection au pupille en fonction de ses difficultés : nécessité de la curatelle réévaluée tous les 2 ans. Le curateur peut aussi jouer le rôle de personne ressource-
  • Quelques soit son revenu, il faut gérer le budget, tout le monde a cette contrainte.
  • Aux yeux de la société, être sous curatelle est stigmatisant. Par contre, cette situation peut présenter aussi des avantages comme une limitation de l’endettement ou trouver relativement facilement un logement, la curatelle assurant le paiement du loyer.

Groupe violet

  • Avant de toucher une rente AI, le manque ou la perte de revenus plonge la personne malade dans de graves difficultés financières. Situation très angoissante qui fragilise encore davantage la personne en difficulté. La rente AI, les prestations complémentaires et une curatelle rendent la vie moins difficile.
  • La curatelle a un effet bénéfique. Elle apaise les angoisses, apporte un soulagement pour les nombreuses et complexes démarches administratives (budget hyper serré, report de paiements, assurances maladies, impôts, etc…).
  • Je ne peux pas travailler, je coûte et je n’arrête pas d’acheter des trucs.

Synthèse

Exercice réussi brillamment pour Hasnia qui, à chaud,  fait part de l’impossibilité de tirer, à partir des nombreux et riches propos échangés, des généralités, si ce n’est :

  • Situations très différentes que la personne fragilisée soit en institution ou indépendante, qu’elle soit au bénéfice de l’aide sociale ou qu’elle reçoive une rente AI, voir des prestations complémentaires
  • Pour la personne sous curatelle, travail d’acceptation, Hasnia parle de deuil de l’autonomie, de deuil de pouvoir se faire plaisir sans devoir toujours en référer au curateur
  • Rôle de protection reconnu du système de curatelle.

 

MERCI À TOUTES ET À TOUS POUR VOTRE PRÉSENCE, VOTRE ÉCOUTE ET VOTRE PARTICIPATION !