A-proche-toi Jura

19 mai 2015: L'espoir, un moteur ou une utopie ?"

. Zoom sur « . » (touche ESC pour fermer)

.

 

̴ 28 personnes, échanges riches partagés dans 3 groupes de 6 à 8 personnes. Accueil impeccable offert par Vannie Baumgartner, regret de ne compter aucun représentant de la psychiatrie, tant privée que publique.

 

1er groupe:

  • L’espoir est primordial pour avancer ; il est nourri par nombres de facteurs extérieurs à la personne : les amis, la famille, le partage de la vie avec une autre personne, les aides ponctuelles (soins domicile, curatelle),….
  • L’espoir du rétablissement passe par la prise de conscience de la maladie, le réajustement des objectifs et des attentes ; c’est un nouveau sens donné à son existence après avoir tourné la page du passé, d’avant la maladie
  • Entre espoir qui est le moteur de notre vie et l’utopie des projets envisagés, trouver un équilibre autant pour les personnes concernées par la maladie psychique, que les proches et les professionnels ( les malades dont je m’occupe vont ils se rétablir ou pas ? un espoir ou une utopie ?)

 

2ème groupe:

  • Si l’espoir est un moteur pour tous, il est personnalisé en fonction de la situation et des attentes des personnes, qu’elles soient professionnelle, patient ou proche
  • Veiller à poser des limites aux espoirs pour éviter les déceptions lorsque les résultats ne correspondent pas aux attentes
  • Utopie : perspective intéressante à prendre en compte, mais faire attention de rester conscient que la chute reste possible si les objectifs à atteindre sont trop éloignés de la réalité ou des possibilités personnelles.

 

3ème groupe:

  • Savoir trouver l’espoir dans de petites choses
  • Espoir commun partagé sur les possibilités de rétablissement entre les trois pôles du réseau, le patient, les proches et les professionnels
  • Acceptation de la maladie par les patients et les proches
  • Faire attention que l’utopie ne donne pas de faux espoirs
  • La mort peut être espérée pour certaines personnes.

 

Prochain Triangle : A la Fontaine, Fondation Pinos à Courtemaîche dans le courant de l’automne 2015