A-proche-toi Jura

Première assemblée générale du 25 mai 2004

bienvenue Zoom sur « bienvenue » (touche ESC pour fermer)

.

Dans une ambiance familiale, autour d’une table, a eu lieu à la Missione Cattolica Italiana à Delémont, la première assemblée générale de l’A3 Jura :un moment de réflexion, de bilan, de projets. Le message du président résume bien la philosophie et la dynamique de notre association.

Chères amies, chers amis,

Notre association existe depuis un an et demi : on a rencontré les difficultés du début, il y a eu plusieurs problèmes et fautes de jeunesse, pas toujours on a su et pu satisfaire les attentes des membres, on est toujours à la recherche d’un local après une fausse couche, qui nous a coûté quelques mois de location (heureusement pas trop importante) sans aboutir à quelque chose de concret.

Le comité avec son président vous demande de l’indulgence !

Par contre on peut aussi énumérer plusieurs activités réussites :

différentes conférences pour les membres et tout publique :

  • Dr.ese Kim Do chercheur au Dupa à Lausanne,
  • Dr Baettig , ancien médecin-chef du CMP à Delémont
  • Dr Bonsack responsable du service Suivi intensif à domicile à Lausanne
  • M. Favrod DUPA Lausanne sur les approches psychosociales
  • M. Amman, responsables des Services Sociaux Régionaux de Delémont
  • M Theubet et M. Saler, chef et inspecteur de la police cantonal
  • M Kolzer et Rebetez respectivement responsable et assistant social de Pro Infirmis
  • Mme Théodoloz et mMAmbuehl . présidente de l’Association « intégration pour tous » et resp. responsable du Canton de Vaud
Vous pouvez trouver un résumer et les coordonnées sur notre site internet www.schizophrenie-a3jura.ch sous news locales.

J’aimerais souligner que presque tous les intervenants ont mis à disposition gracieusement leur temps et leurs compétences et que certaines conférences ont été possible grâce au soutien financier d’entreprises pharmaceutiques. UN GRAND MERCI.

 

La participation aux premières journées francophones en mars avec les autres associations romandes de proches de malades de schizophrénie : des articles sur les journaux et à la radio, une exposition de tableaux de jeunes artistes jurassiens touchés par la maladie, la présentation du film « Un homme d’exception » et l’interprétation exceptionnelle et originale de musique Rapp du jeune Neo Zappata. Ses mots ont émus plus d’une personne ici à Delémont et à la course de l’espoir pour les malades de schizophrénie de Ruffach en Alsace.

Vous pouvez l’écouter sur le site de l’A3Jura.

Le groupe d’entraide animé par Madeleine Barth et Liliane Straehl le deuxième mardi de chaque mois. Ce groupe sert, comme vous savez, à un échange entre nous afin de soutenir les proches en détresse ou confrontés pour la première fois avec la maladie.

Le site internet www.schizophrenie-a3jura.ch, conçu par un jeune schizophrène stabilisé.

Je vous invite à consulter et à faire connaître dans votre entourage : présentation de l’association, de la maladie et de la thérapie ; des nouvelles concernant l’activité de l’association et des nouvelles générales ,qui peuvent nous intéresser, par rapport à la recherche, à l’évolution des traitements ou concernant les problèmes juridiques et du travail (p.ex. sous news générales :un articles de Shirin Hatan juriste chez Pro Mente Sana), des liens intéressants, de la bibliographie.

Une reconnaissance chez les autorités sanitaires et les professionnels jurassiens.

En effet notre association est prise en considération au service de la Santé . Le projet d’un service psychiatrique à domicile, que déjà l’AFS Jura-Jura bernois- Neuchâtel avait présenté à l’assemblée intrajurassienne et ensuite aux différents professionnels et autorités du Canton, a été retenu et vraisemblablement incorporé dans le projet de réforme de la psychiatrie en cours.

Le ministre Hêche dans sa réponse à notre lettre exprimant notre regret du départ des Drs Baettig et Velardi et notre soucis concernant la situation actuelle de la psychiatrie, s’engage, je cite : « Finalement , nous souhaitons utiliser positivement cette crise pour, comme vous le souhaitez, mettre en place des changements dans les structures et en particulier d’examiner la possibilité de prévoir les services que vous évoquez, notamment les soins psychiatriques à domiciles et autres structures intermédiaires. »

Enfin dans la réponse à un postulat de M Riat, député au grand conseil le gouvernement écrit en date du 3.2.04 , je cite « .. En revanche, la proposition de crée une unité baptisée SIM (suivi intensif dans le milieu) semble être la mieux à même à pallier les lacunes actuellement observées. Elle répondrait également à la demande de l’Association A3 de services d’intervention à domicile… »

Des contacts utiles et privilégiés avaient été tissés avec les psychiatres et les infirmiers de CMP et de l’Unité de psychiatrie, qui ont toujours souligné l’importance d’intégrer la famille dans la prise en charge thérapeutique du malade. Malheureusement de débâcle de la psychiatrie dans le Jura nous oblige à reconstruire ces liens, mais pour le moment tout reste encore flou !

Pour le futur le comité de l’A3 Jura veut continuer les activités en cours, qui semblent correspondre au désir des membres (au moins pour ceux qui ont répondu au questionnaire). Notre soucis est d’être le plus prêt des besoins et demandes des membres. Je vous invite à contacter le comité, lui donner des impulsions, des idées, des critiques constructives et des blâmes , s’il le mérite !

On espère trouver un local, pouvoir mettre sur pied la bibliothèque, améliorer les groupes d’entraide et être vraiment un soutien valable au proches en détresse, continuer à vous proposer une palette de conférences , de débats concernant la maladie, les possibilités thérapeutiques et l’intégration de nos proches dans la société, d’entretiens constructifs avec les professionnels du monde médical, social et judiciaire.

Un autre point important est l’engagement de l’A3Jura pour démystifier la maladie psychotique, pour faire comprendre à la population jurassienne, que le schizophrène n’est pas un fou, ni une double personnalité, ni un délinquant dangereux, mais un malade qui souffre énormément et souvent torturé par des voix internes terribles.

On doit arriver à non plus avoir honte d’un proche malade de schizophrénie comme on n’a pas honte de se déclarer malade du diabète ou du cœur.
On doit arriver à obtenir le respect, et pas la pitié.
On doit s’engager pour l’insertion et l’acceptation du malade dans notre société.
C’est possible, mais il faut ce manifester et démasquer les faux préjugés et les idées aberrantes.

Je tiens à remercier les membres du comité , soit Madeleine Barth, Marie Elisabeth Gabriele, Jean Claude Montavon, Beatriz et Pedro Reyes, Liliane Straehl.

Ils m’ont épaulé pendant toute cette période : un vrai travail et esprit d’équipe. Un grand merci !