A-proche-toi Jura

Le rétablissement

1.Définition et historique

.

. Zoom sur « . » (touche ESC pour fermer)

.NB.: Le texte se réfère à plusieurs publication cité plus bas

 

 

► Le « rétablissement » est un concept anglo-saxon qui trouve son origine dans des mouvements  d’usagers des années 1980 et 1990, qui prônaient la reprise du pouvoir d’agir (empowerment) et la défense des droits. Il désigne un cheminement personnel de la personne pour se réapproprier sa vie et se réinsérer dans la société. Pour les soignants, ce modèle suppose un accompagnement sur le long terme et axé dès le début vers l’autonomie de la personne. (« Rétablissement, psycom 28.05.2015)

 

► « Le rétablissement est davantage qu’une absence de symptômes. C’est un processus profond et personnel qui dure toute la vie, dans le but de mener une existence accomplie et intense – que les symptômes perdurent ou non »(Extrait  de la brochure Recovery, vers le rétablissement-Pro mente sana)

 

 

► Selon Bill Anthony co-fondateur du mouvement(1993): 
« Le rétablissement est un processus foncièrement personnel et unique qui vise à changer ses attitudes, ses valeurs, ses sentiments, ses objectifs, ses aptitudes et ses rôles. C’est un moyen de vivre une vie satisfaisante, remplie d’espoir et productive malgré les limites résultant de la maladie. Le rétablissement va de pair avec la découverte d’un nouveau sens et d’un nouveau but à sa vie, à mesure qu’on réussit à surmonter les effets catastrophiques de la maladie mentale ... ».

► Selon Patricia Deegan , membre du mouvement Recovery », 1996
« Le rétablissement est un processus et non un point final ou un résultat. Se rétablir ne veut pas dire que l’on est « guéri » ou simplement dans un état stable. Le rétablissement est un processus de transformation au cours duquel on accepte ses limites et découvre en soi tout un potentiel de nouvelles possibilités. C’est là le paradoxe du rétablissement : en acceptant ce que nous ne pouvons pas faire ou être, nous découvrons qui nous pouvons être et ce que nous pouvons faire. Le rétablissement est un art de vivre. »
 
 

D’un mouvement « contestataire » des années 90 par rapport à la psychiatrie classique qui excluait toutes participations actives et d’autodétermination de la personne malade et qui « se concentrait sur la disparition des symptômes, quitte à assomer le patient de médicaments » (voir « A trop protéger on entrave le rétablissement Science et environnement "Le Temps" 14 mars 2013interview à Dr Bonsack) , le concept de rétablissement est devenu  « un modèle complémentaire qui considère d’avantage le patient comme une personne » et « il n’est pas à l’opposer su model médical traditionnel » (voir dossier rétablissement et psychose – J Favrod & coll. )

Le concept du « Rétablissement «  s’est développé spécialement dans les pays anglo-saxons, où il est intégré avec succès dans la psychiatrie institutionnelle ; en Romandie c’est notamment le Dr Charles Bonsack , médecin-chef de la section de psychiatrie communautaire du Centre hospitalier  universitaire vaudois qui est un ardant promoteur de cette approche (voi voir « A trop protéger on entrave le rétablissement Science et environnement "Le Temps" 14 mars 2013interview à Dr Bonsack)

 

2. Les éléments essentiels du rétablissement

.

. Zoom sur « . » (touche ESC pour fermer)

  • .L’espoir : Le catalyseur du rétablissement

 

  • La rédéfinition de l’identité : « La perte de l’identité (aliénation) ou la non-prise en compte de la personne (discrimination) est l’un des impacts négatifs fréquemment associés à la maladie mentale. Le patient peut alors refuser de s’identifier avec la maladie et la nier-. Toutefois, la maladie peut aussi être acceptée comme une partie de soi dans un esprit de croissance ou alors conçue comme quelque chose d’extérieur à soi avec lequel il faut vivre. » voir dossier rétablissement et psychose, J. Favrod & coll)

 

  • La découverte d’un sens à la vie et l’estime positive de soi :" La maladie provoque souvent une rupture complète avec sa vie sociale et relationnelle antérieure et  ses  projets futurs. Elle doit donc faire le deuil du passé et « bâtir de nouveaux projets, voire endosser de nouveaux rôles sociaux. Cette recherche d’un nouveau sens à la vie va peut-être amener la personne à découvrir ce qui rend la vie précieuse et enrichissante, à se réaliser dans une activité créatrice, à s’engager dans le soutien aux pairs ou encore à développer une nouvelle vision du monde sur le plan spirituel ou philosophique"( dossier rétablissement et psychose, J. Favrod & coll)

 

  • La satisfaction des besoins de base : par exemple le logement considéré somme « l’endroit ou la guérison peut commencer »

 

  • La responsabilité du rétablissement : « cette responsabilité implique la gestion de sa propre santé et de son traitement, l’autonomie dans ses choix de vie et la volonté de prendre des risques mesurés pour avancer » (dossier rétablissement et psychose, J. Favrod & coll)

 

 

3. Les 5 étapes du rétablissement

.

. Zoom sur « . » (touche ESC pour fermer)

 

 

 ►Le rétablissement est un cheminement propre à chaque personne, dans lequel chacun s’investit différemment. À la suite d’un très grand nombre d’entrevues auprès d’usagers, Andresen, Caputi et Oades (2006) font observer que ce processus semble se diviser en cinq étapes.

 

 

  1. Moratoire: Un temps de retrait caractérisé par un profond sentiment de perte et de désespoir;
  2. Prise de conscience. La réalisation que tout n’est pas perdu et qu’une vie enrichissante est possible, le sentiment personnel de pouvoir agir
  3. Reconstruction. Un travail actif pour établir une identité positive, des objectifs significatifs, et reprendre sa vie en main
  4. Préparation. Un bilan des forces et des faiblesses concernant le rétablissement et le début des efforts d’acquisition des compétences pour y arriver
  5. Croissance. Le fait de mener une vie significative marquée par l’autogestion de sa maladie, la résilience et une image de soi positive.(extrait Rétablissements Psycom-22.09.2015)

♦ Les parcours de rétablissement ne sont pas linéaires. Au cours du processus de rétablissement, il se peut tout à fait qu’une crise se déclenche, que des symptômes réapparaissent ou même qu’une nouvelle hospitalisation soit nécessaire

► Patricia Deegan , 1995 (figure phare du mouvement Recovery)
"Ce n’est pas un voyage en parfaite ligne droite. Il y a des périodes de progrès rapides et d’autres de revers décevants. Il y a des périodes où l’on se contente de vivre, de rester tranquille, de se reposer, de se réorganiser. Chaque parcours de rétablissement est unique. Chaque personne doit trouver ce qui fonctionne pour elle. Cela veut dire que nous devons avoir l’occasion d’oser quelque chose, de faire fausse route et d’essayer à nouveau."
 
 

4. Conclusion

.

. Zoom sur « . » (touche ESC pour fermer)

♦ Pour terminer voici l’extrait final de l’interview à Dr Bonsack (Le Temps mars 2013) :

« Il y a une question éthique de base: quelle valeur veut-on mettre en avant?
  • Du temps de l’asile de fous, c’était la bienfaisance au détriment de l’autonomie.
  • Du temps de l’antipsychiatrie, l’autonomie au prix de l’abandon.
  • Aujourd’hui, on s’efforce de promouvoir l’autonomie, mais avec un fort accent sur le soutien à la reconstruction.

Dans la réalité qui nous concerne, je ne vois pas de danger de dérive. Et si danger il y avait, les associations d’usagers et de proches constituent un sérieux garde-fou. Il ne faut pas oublier que la notion de rétablissement vient d’eux ,les premiers concernés. »

 

 

©

Ouvrages à consulter

. Zoom sur « . » (touche ESC pour fermer)

.

 

 

 

► Congrès de Réhabilitation Psychosociale, World Trade Center Marseille, le 25 novembre 2011

  • Jérôme Favrod - Partie 1 - "Le processus de rétablissement dans la schizophrénie comme ligne directrice pour les soins",  (vidéo)
  • Jérôme Favrod - Partie 2 - "Le processus de rétablissement dans la schizophrénie comme ligne directrice pour les soins", (vidéo)

  • Julien Dubreucq: "Une équipemobile de réhabilitation psychosociale" (vidéo)
    (présentation interrompue par de réclames )

     

► Emissions radiophoniques ou télévisées

 

. Zoom sur « . » (touche ESC pour fermer)

.

Guide pratique pour les professionnels Jérôme Favrod, Agnès Lamaire